Livraison offerte a partir de 50€

Blog

BANDER PLUS FORT!! plus longtemps suivez moi!

BANDER PLUS FORT!! plus longtemps suivez moi!

« Bander plus dur » : comment améliorer son érection

Chez les 20-29 ans, les troubles de l’érection concernent 8% des hommes (11% chez les 30-39 ans). Stress, problèmes de santé, drogue… les causes sont multiples et les solutions pour “bander plus dur” sont légion. Mais toutes n’ont pas la même efficacité et ne comportent pas les mêmes risques. Alors que faire contre ce problème ? Lire notre tuto ultime.

 

 

Changer son alimentation

Betterave, ail, noix, saumon, vin rouge, piments, banane… un tour sur internet saura vous convaincre qu’une virée chez Biocoop est plus efficace que n’importe quel médicament pour vous coller le tricotin (meilleur synonyme de “bander” ever). 

S’il est prouvé que la betterave (plus haut niveau de nitrates de nos aliments), le radis, la carotte ou encore le céleri permettent d’augmenter votre taux d’oxyde nitrique, qui aide à l’érection, c’est de manière infime. La tomate ou la pastèque, de leur côté, améliorent la circulation, et l’avoine aurait aussi son petit effet. Malheureusement, tout cela joue à la marge.

Prenons l’ail, un super-aliment bourré de vitamines qui peut aider à lutter contre l’hypertension et, pour la faire courte (pardon), améliorer votre circulation sanguine. Pour que ça ait un effet sur votre bandaison, il faudrait en manger 3 à 5 grammes crus par jour (3 fois plus si cuit), ce qui risque de plus vous coller l’haleine du poney que son érection. “Aujourd’hui, on n’a rien prouvé, met en garde l’urologue et sexologue Antoine Faix, responsable du comité d’andrologie et de médecine sexuelle. On sait que certaines plantes, de façon purement théorique, ont une petite action, mais il n’y a aucune alimentation magique.” 

Le + > Cinq fruits et légumes frais, c’est bien, mais pas la peine d’enquiller un kilo de betteraves avant de passer à la casserole. C’est sur le long terme, à fortes doses et en mélangeant ces différents aliments, que vous pourriez, éventuellement, noter un léger progrès. 

 

Viagra, Cialis, Vitaros : demander une ordonnance

Ils s’appellent Viagra, Cialis, Levitra, ou Spedra, et ils appartiennent à la même famille, celle des médicaments qui font plaisir à Popaul quelle que soit l’origine des problèmes, “médicale ou psychologique”. Tous jouent sur la phosphodiestérase 5, une enzyme qui agit au niveau des fibres musculaires des corps caverneux, empêchant leur dilatation. Les médicaments inhibent ces enzymes, favorisant l’afflux de sang. Mais attention, ça ne fait pas tout, puisqu’on observe un taux d’échec d’environ 25%. Ensuite, il ne suffit pas de gober son comprimé et de se mettre devant TPMP. D’une part parce que personne n’a envie de bander dur devant Hanouna, ensuite parce qu’il faut quand même qu’il y ait stimulation sexuelle. Bonus, ils sont indirectement anxiolytiques : “Si l’érection est meilleure, on se détend, et ça marche encore mieux”, confirme l’urologue.

Le Vitaros, un autre médicament, fonctionne de manière très différente. “Il agit directement au niveau des corps caverneux en donnant l’injonction de dilatation des artères.” Le produit s’applique en crème/gel dans l’urètre, mais il faut une stimulation manuelle pour que le produit pénètre le canal urinaire. Quant aux crèmes diverses et variées disponibles sur internet, huiles essentielles (surtout pas, ça brûle !) ou gélules miracles… autant aller vous gratter l’urètre au papier de verre, vous prenez moins de risques.

Le + > Attention, amateurs de poppers : ne jamais mélanger les deux produits, risques cardiaques !

 

Avoir confiance en soi

Le pire ennemi de votre bite, c’est votre cerveau. Mamie dirait : “on ne peut pas tout irriguer en même temps”. Et elle n’a pas tout à fait tort. Le problème : notre cerveau, justement, et tout ce qu’on lui a mis dedans. Une érection n’est pas que ”le gonflement d’un organe” (Larousse). Dans nos sociétés virilistes et patriarcales, elle est un marqueur de masculinité, du « cékikalaplusgrosse » de l’adolescence aux modèles titanesques du porno. C’est un outil à orgasme, bref, la barre qui nous fait naviguer tout droit vers l’île de la virilité. Spoiler : bander plus dur ne fait pas plus de vous un homme.

Déjà parce que lier le volume du sexe à une forme de virilité est totalement culturel. Chez les Grecs anciens, mieux valait cacher votre braquemard trop imposant sous peine d’être insulté de barbare (“Vive les petits zizis bouclés”, aurait crié Euripide, toujours d’après ma grand-mère). 

Ensuite parce que je ne sais pas si on vous l’a déjà dit, mais la pénétration n’est pas l’alpha et l’omega de la sexualité (rassurez-moi, on vous l’a dit, hein ?) puisque ce n’est pas ainsi qu’on stimule le mieux le clitoris qui est, lui, l’organe de la jouissance féminine. Ok, pour la prostate, ça peut aider, mais n’essayez pas de m’embrouiller. Le problème, le vrai, est qu’on se met la pression. On pense que l’acte sexuel est performatif alors qu’il devrait, dans l’absolu, être l’inverse : le relâchement et l’abandon. Qu’on devrait bander pour baiser, pas l’inverse. Que bander n’est pas obligatoire pour prendre du plaisir, en donner, ni même pour jouir, d’ailleurs. Et que si, et c’est bien normal, un rapport intime est intimidant, il faut se rappeler que ce n’est “que” du sexe. Nous pourrions consacrer un article entier à ce sujet, mais on pourrait dire, plus globalement, qu’il faut “être à l’aise dans sa sexualité”. Connaître ses envies et ses limites, et être en confiance avec l’autre comme avec soi-même.  

“Pour un jeune de 25 ans qui dit « j’ai des problèmes d’érection » alors qu’il n’a jamais eu de rapport, prendre un cachet ne changera rien. Il faudra d’abord travailler sur le relationnel. Les jeunes gens pensent qu’il faut s’entraîner à assurer pour que ça aille mieux : on ne leur rendra pas service en leur conseillant un médicament”, précise Antoine Faix. Si vous rencontrez des problèmes réguliers avec un·e partenaire, le mieux est de mettre les couilles le problème sur la table. 

Le + > Au besoin, même si une érection facilitée par un comprimé peut rassurer, “il vaut mieux associer ça avec une thérapie psychologique ou une sexothérapie” car le principal problème est dans la tête. 

 

LA SUITE JUSTE APRÈS ÇA

Mettre un cockring

https://sweetlovepleasure.com/cockring

Pour ceux qui ne connaissent pas, le cockring (littéralement “anneau de bite”) est un anneau à mettre à la base du sexe, englobant (généralement) les testicules. Il peut être en plastique, en cuir ou en métal (ou en bois, si vous êtes vraiment écolo) et il bloque l’afflux de sang, favorisant l’érection. Il est notamment utilisé par des personnes que le préservatif peut faire débander, ou simplement parce que c’est joli. Aujourd’hui, il en existe de toutes les sortes (avec vibrateur clitoridien intégré, par exemple) et à tous les prix. Bonus (pour certains) : il permet aussi de retarder l’éjaculation.

Le + >  Non, on ne vous donneraira pas notre modèle préféré.

Faire un bilan médical

Si vous avez 30 ans ou moins et que la levée du drapeau est parfois compliquée, il y a de fortes chances que ce soit psychologique (voir plus haut). “Chez les moins de 40 ans, le principal trouble sexuel est l’éjaculation précoce, pas le problème d’érection”, rappelle Antoine Faix. 

Pourtant, certaines maladies peuvent influer sur l’érection, comme le diabète de type 1“A 30 ans, certains n’ont pas suivi les règles nutritionnelles, ce à quoi s’ajoute le stress du diabète”, explique le médecin. Il y a aussi, bien sûr, les blessés médullaire (de la moelle épinière). “Malheureusement, la blessure  enfonce souvent le patient dans son stress. Ce n’est pas parce qu’il sait que ce n’est pas psychologique que ça s’arrange, au contraire.” Une insuffisance rénale peut aussi être responsable de difficultés, de même que les leucémies ou les tumeurs cérébrales qui peuvent avoir comme premiers symptômes une fatigue, une baisse de libido, et des difficultés d’érection. 

“Le patient va mettre au premier plan les symptômes sexuels car ce sont ceux qui l’inquiètent le plus, alors que derrière il y a une pathologie grave. Quand on a éliminé ça et que l’examen clinique est normal, alors reste les facteurs psychologiques.”

Le + > Hors maladie particulière, les problèmes sont souvent psychologiques avant la quarantaine. Donc si un contrôle est utile, pas la peine de paniquer pour autant.

 

Tabac, alcool, drogues, sommeil… avoir une bonne hygiène de vie

Un petit verre pour oser lui parler. Un deuxième à partager en riant. Un troisième avant de passer à l’acte et… un quatrième pour oublier le fiasco ? A petite dose, drogues et alcools sont des désinhibants et peuvent même donner la sensation d’améliorer la sexualité, mais à forte dose, ça peut aussi l’annihiler. 

Pour le tabac, l’impact se ressent à partir d’un paquet par jour pendant 15 ans. “Quand on commence à 15 ans, avec un peu d’alcool, un peu de cannabis, à 30, le moteur peut être fatigué”, résume l’urologue pour parler de l’obstruction des vaisseaux sanguins, notamment de la verge. L’alcool aussi a des effets à long terme, mais aussi immédiats. 

Quant aux drogues, c’est la même : à petite dose, elles favorisent la confiance en soi mais auront tendance à vous la couper en plus grandes quantités. Ainsi, les effets vasoconstricteurs de la cocaïne ou de la MDMA (principe actif de l’ecstasy) sont connus pour réduire le pénis à peanuts.

Le + > Le sommeil est aussi essentiel. La fatigue joue sur la libido, mais aussi sur des mécanismes plus physiologiques. Il n’y a pas que vous qui avez envie de vous reposer. L’apnée du sommeil semble aussi être corrélée à des dysfonctionnements érectiles, mais aucune étude sérieuse n’a démontré de lien de cause à effet. 

Boire du café

Un petit serré peut vous aider à bander. Ce sont des chercheurs de l’université du Texas qui l’ont découvert. Ils ont publié leurs résultats dans la revue scientifique en ligne Plos One : ceux qui consomment entre 85 et 170 milligrammes de caféine par jour (2-3 tasses en moyenne) ont 42% de risques en moins de souffrir de troubles de l’érection que ceux qui n’en boivent pas.

L’étude portait sur plus de 3700 hommes répartis en 5 groupes, selon leur consommation de café. C’est le groupe 3 qui présentait le meilleur résultat. Après, en augmentant les doses, les chances s’amenuisent. 

Si d’autres études sont nécessaires pour établir un lien de causalité, les chercheurs imaginent que le café pourrait enclencher un mécanisme aboutissant à une relaxation des artères et des cellules de la verge. 

Le + de la rédac > Attention à ne pas profiter du café pour vous en griller une parce que, comme expliqué plus haut, la clope n’aide pas, et que café + clope = caca, ce qui n’est clairement pas la situation la plus stimulante. 

 

Se muscler le périnée avec les exercices de Kegel

https://sweetlovepleasure.com/products/boules-de-kegel-alice

Alors, non, le périnée n’est pas que “ce truc qu’il faut remuscler après un accouchement” et, oui, les hommes aussi en ont un. Le périnée, ou plancher pelvien, est un ensemble de muscles, dont les muscles ischio-caverneux et bulbo-caverneux qui nous intéressent.

Après avoir rappelé ces bases (l’auteur de ces lignes l’a découvert assez tard, je vous rassure), encore faut-il le repérer. On conseille généralement une rééducation du périnée aux hommes opérés de la prostate (pour éviter l’incontinence et retrouver une érection), mais il est possible de le stimuler de manière préventive. Le plancher pelvien se situe entre l’anus et les testicules. Contractez l’anus, vous sentirez le muscle entrer en action. C’est aussi lui qui se contracte quand vous vous retenez d’uriner (ou de péter) et qui vous permet d’évacuer les dernières gouttes par contraction. Vous voyez ? 

Il existe deux méthodes très simples pour s’en occuper. D’abord, essayez de le visualiser et tenez-le contracté pendant 5 secondes (en essayant de ne pas contracter les autres muscles, comme l’anus, les abdominaux ou les cuisses), relâchez 10 secondes, et recommencez 10 à 20 fois. C’est ce qu’on appelle les exercices de Kegel. Vous pouvez faire ça dans votre lit, en matant TPMP (encore), ou même au bureau (attention toutefois à ce que ça ne se lise pas sur votre visage). L’autre méthode se déroule aux toilettes : quand vous urinez, essayez de retenir le jet par intermittence, en recommençant plusieurs fois.

Mais au fait, pourquoi on fait ça ? Parce que votre périnée permet de maintenir l’afflux de sang dans le pénis, tout simplement. Et plus il est ferme, meilleure sera votre érection. Une étude britannique sur 55 hommes souffrant de troubles de l’érection a démontré que ceux musclant leur périnée pendant 3 à 6 mois réduisaient le problème : 40% des participants avaient retrouvé une érection normale à la fin, et 35% obtenus une amélioration.  

Le + > Son rôle serait aussi important dans le contrôle de l’éjaculation. Pour le moment, aucune étude sérieuse n’est venue confirmer ces résultats, mais il est probable qu’une bonne connaissance et utilisation de son périnée permette de la retarder


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Comment are moderated